Ce que les peuples racines ont à nous dire

Advertisements

Extrait :

Quand cette histoire commence, il n’y a plus rien sur la Terre. Le monde

a été détruit. Il n’y a plus de vie et tout est entièrement recouvert d’eau. La

terre n’est plus qu’un vaste marécage gris et sale où siffle un vent sans âge que

plus rien ne retient. Dans ce marécage, seul un vieil homme marche encore. Il

s’appelle Markendeya et il est le dernier survivant. Fatigué, épuisé, il ne trouve

nulle part un lieu pour se reposer. Un jour pourtant, il voit jaillir de l’eau un

arbre, un immense figuier, et sous les feuilles de ce figuier est assis un enfant,

très beau, qui le regarde en souriant. L’enfant lui dit : “Tu as l’air fatigué.

Entre ! Entre dans ma bouche pour te reposer.” L’enfant ouvre grand sa

bouche, un vent immense se soulève et emporte l’homme dans les airs jusqu’à

ce qu’il tombe dans le corps de l’enfant. Quand il rouvre les yeux, Markendeya

voit une rivière et des arbres autour de lui, il est dans une forêt. Il y a des fleurs

et des oiseaux, des papillons, des femmes qui portent de l’eau en chantant des

chants très beaux, il les suit et il découvre des chemins vers les villages, et des

Advertisements

vallées, des déserts, des montagnes. Il s’approche des océans où il découvre le

parfum de la mer et les vagues. Il marche plus de cent ans dans ce ventre, plus

de cent ans il marche dans ce corps infini, sans jamais en voir la fin, goûtant

aux fruits, au miel, buvant le lait qu’il trouve sur son chemin, écoutant le chant

des insectes ou le silence des étoiles. Puis, après cent années, un vent immense

se soulève à nouveau, emporte Markendeya dans les airs jusqu’à ce qu’il ressorte

par la bouche de l’enfant. Ses pieds nus baignent à nouveau dans l’eau grise et

sale du grand marécage où siffle un vent sans âge que plus rien ne retient…

“Voilà, dit l’enfant, tu as l’air reposé maintenant.

Format : pdf

Taille : 3 MB

Langue : français

Passer à la page suivante pour le téléchargement

Advertisements

Previous articleLa corruptrice
Next articleLa Brute

Related Posts

Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here