La Brute

0
90
Advertisements

Extrait :

Il traversait, comme il était le seul à le faire trois fois par semaine depuis

près d’un demi-siècle, la Galerie Marchande après avoir tourné en rond

dans la Salle des Pas-Perdus. Il prétendait que cette promenade, dont il

n’aurait pu se passer, lui permettait de « respirer le bon air du Palais », Tout,

depuis sa démarche traînante jusqu’à cette façon très particulière qu’il

avait – lorsqu’il croisait un confrère – de pincer sa robe du bout des doigts

pour esquisser une vague révérence, indiquait en lui la routine. Les lundis,

mercredis et vendredis, à une heure de l’après-midi très exactement, on

pouvait le voir gravir les marches du grand escalier extérieur donnant sur le

boulevard du Palais et se diriger, sans prêter attention à qui que ce fût, vers

le vestiaire des avocats.

Advertisements

Là il abandonnait presque à regret son chapeau melon en hiver et son

canotier de paille jauni à la belle saison pour recouvrir son chef d’une toque

usagée qu’il plaçait très en arrière sur son crâne pour cacher sa nuque

dégarnie. Ainsi coiffé, il endossait une toge élimée, sur laquelle

n’apparaissait ni Légion d’Honneur ni tout autre bout de ruban, sans

prendre même la peine de retirer sa jaquette verdie. Ce double vêtement lui

prêtait alors une corpulence qu’il était loin d’avoir dans la réalité

Format : pdf

Taille : 2 Mb

Langue :  français

Passer à la page suivante pour le téléchargement

Advertisements

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here